Le site officiel de la Batucada chambérienne !
 
 
       


    •  L'origine de La batou'KC
      La Batou’KC existe depuis 2006 et dépend de l’association Baba Cham’ba créée en novembre 2011. Cette association a pour but de promouvoir la culture brésilienne en Savoie, particulièrement la musique et la danse, par la formation musicale, les représentations festives et culturelles. Elle est un ensemble à part entière de la cité des arts de Chambéry.


    • L'origine de la batucada ou "batterie de samba"
      La batucada est née d'un mélange de trois cultures : africaine, portugaise et indienne, qui ont donné au Brésil une identité culturelle unique, notamment grâce à l'apport des anciens esclaves noirs africains.
      Apparue au début du XXème siècle, originaire du batuque africain (qui signifie battre en rythme), la batucada a sans cesse évolué en atteignant, principalement par le peuple, toutes les couches de la société.
      C'est cependant à Rio de Janeiro que sa présence est la plus importante vu le nombre et la valeur des écoles de samba qui concourent pendant les défilés du carnaval. Mais on les retrouve aussi dans les bistrots, sur les plages, lors des matchs de foot et pendant de nombreuses fêtes populaires.

    • Les instruments
      Les instruments utilisés pour jouer cette musique sont principalement des percussions : la Caixa de guerra, le Tamborim, le Surdo, le Repinique, le Tarol, la Cuica, le Pandeiro, les Agogos, le Chocalho et le Reco-reco.

    • La capoeira, son origine
      La Capoeira est un art brésilien d'origine africaine. Elle est apparue au Brésil à l'époque esclavagiste, à cause du traitement brutal subi par les esclaves africains venus généralement du golfe de Guinée, du Mozambique et de l'Angola. Les esclaves n'avaient pas le droit de se battre entre eux ni de s'entraîner aux sports de combats. C'est pour cela qu'ils utilisaient la musique et les mouvements du corps pour masquer le combat qui plus tard s'appellera Capoeira et pour faire croire que ce n'était qu'une danse et non un sport de combat.
      A la fin du XIXe siècle, lorsque l'esclavage fut aboli, les adeptes de cet art ne possédaient plus aucune idéologie ni code d'honneur. Trop souvent des pillages intervenaient, ce qui propagea une mauvaise image de la capoeira. Le gouvernement décida de prendre des mesures et d'emprisonner tous les capoeiristes et d'interdire la pratique de ce sport.
      La guerre du Paraguay (1864-1870) plongea l'armée brésilienne dans une situation sanglante. Le gouvernement, pris d'assaut, décida d'utiliser les prisonniers coupables de pratique de capoeira comme moyen de défense, en effet ils eurent la promesse d'être libérés s'ils en revenaient. Ces capoeiristes armés de couteaux, s'engagèrent dans de violents combats, usant de leur technique avancée, ce qui contribua à la victoire du Brésil.
         
     
    Copyright © La Batou'KC